Langue des signes française Déficients visuels Sourds et malentendants Personnes à mobilité réduite Twitter Facebook Vimeo Instagram inscription à la newsletter Menu Fermer Expand Festival de Marseille
2018

Alain Platel

Depuis plus de trente ans, le chorégraphe et metteur en scène Alain Platel et son collectif d’artistes, les ballets C de la B (C pour contemporain et B pour Belgique), repoussent sans cesse les limites de la danse, du théâtre et de la musique. Dans un alliage unique de grâce et de trivialité, de grotesque et de sublime, son œuvre habitée par la fragilité humaine emmène les spectateurs aux confins de l’humanité souffrante avec délicatesse et empathie.

 

Alain Platel est orthopédagogue de formation et metteur en scène autodidacte. En 1984, il forme avec des amis et membres de sa famille une troupe fonctionnant en collectif, les ballets C de la B. Après Emma (1988), il crée Bonjour Madame (1993), La tristeza complice (1995) et Iets op Bach (1998), qui propulsent la compagnie au sommet international. Avec l’auteur Arne Sierens, il accompagne, dans plusieurs créations, le développement de la compagnie de théâtre jeune public Victoria de Gand. Il signe en 2003 Wolf pour la Ruhrtriennale, puis le projet choral Coup de Chœurs pour l’ouverture du nouveau KVS, qui marque le début d’une étroite collaboration avec Fabrizio Cassol. En 2006, vsprs marque un changement de cap, l’exubérance des spectacles précédents cédant la place à une plus ample introspection et une plus grande nervosité, révélant un univers de pulsions et d’aspirations, de violence aussi, comme dans Nine Finger (2007) avec Benjamin Verdonck et Fumiyo Ikeda, qui évolue ensuite, avec pitié ! (2008) puis Out of Context – For Pina (2010), dans la poursuite logique d’une recherche de traduction de sentiments trop forts, aspirant à quelque chose qui dépasse l’individu. Il crée en 2010 Gardenia en collaboration avec Frank Van Laecke, puis, en 2012, pour le Théâtre royal de Madrid, C(H)ŒURS, qui explore la dangereuse beauté du groupe et représente son plus vaste projet jusqu’à ce jour. La connotation politique de spectacles comme tauberbach (2014) et Coup fatal (2014) réside dans la joie de vivre et l’énergie qui éclatent sur la scène et qui manifestent des moyens de (sur)vivre dans des circonstances indignes. C’est aussi cette pulsion de vie qui pousse les danseurs dans la recherche d’une possibilité de transformation dans Nicht schlafen (2016). En parallèle, Alain Platel collabore à des projets chorégraphiques plus confidentiels et s’implique dans plusieurs films de danse avec la réalisatrice britannique Sophie Fiennes (Because I Sing en 2001, Ramallah! Ramallah! Ramallah! en 2005 et VSPRS Show and Tell en 2007) ou en solo avec Les Ballets de-ci de-là (2006).

Et aussi...