Langue des signes française Déficients visuels Sourds et malentendants Personnes à mobilité réduite Twitter Facebook Vimeo Instagram inscription à la newsletter Menu Fermer Expand Festival de Marseille

Renzo Martens

Renzo Martens est un artiste hollandais qui vit et travaille entre Amsterdam et Kinshasa. Il est principalement connu pour ses documentaires provocants, Épisode I, tourné en Tchétchénie et Épisode III: Enjoy Poverty, tourné au Congo, qui questionnent son rapport aux images de guerre et de pauvreté à travers le prisme de son identité d’homme blanc occidental. 

Né en 1973, Renzo Martens a étudié les sciences politiques et l’art. Il acquiert une reconnaissance internationale avec les films Episode I, et Episode III: Enjoy Poverty, qui ont été diffusés dans plus de 23 pays.

 

En 2012, Renzo Martens fonde au Congo l'Institute for Human Activities, un projet de recherche dont l’objectif est de démontrer que l’art qui critique les inégalités globales peut amener à leur dépassement. Non sur le plan symbolique, mais bien sur le plan matériel. Avec l’Institut, le Cercle d’Art des Travailleurs de Plantation Congolaises (CATPC) près de Lusanga dans le sud de la République Démocratique du Congo développe une plateforme locale pour le développement de nouvelles initiatives économiques basées sur la production et la vente d’art critique qui vise à améliorer la position économique de ses membres et de leur communauté. Sur une ancienne plantation d’huile de palme d’Unilever, ils ouvrent ensemble un White Cube emblématique, conçu par OMA. Avec l’édification du White Cube, les mécanismes par lesquels les plantations soutiennent le monde de l’art sont inversés. Bénéficiant des privilèges associés au monde de l’art, le White Cube attire le capital et la visibilité nécessaires à l’invention d’un nouveau modèle écologique et économique sur place à Lusanga. Les membres du CATPC façonnent des sculpture en argile qui sont ensuite scannées en 3D et reproduites à Amsterdam en chocolat et huile de palme avant d’être exposées en galeries et musées, les ventes permettant de racheter progressivement la terre à Unilever. Ils ont à ce jour pu racheter 85 hectares de terre qu’ils transforment en espaces riches et diversifiés, écologiques et égalitaires : la post-plantation. Le travail du CATPC a été présenté dans des exposition dédiées au SculptureCenter de New York - où elle a été reconnue « exposition la plus provocatrice de l’année » par le New York Times, au Mori Art de Tokyo, KW Berlin et à la 21ème Biennale de Sydney.


Le documentaire White Cube, qui raconte ce processus, a été montré à Lusanga et au IFDA Film Festival d’Amsterdam avant de partir en tournée internationale.

 

Édition 2021

Et aussi...