Langue des signes française Déficients visuels Sourds et malentendants Personnes à mobilité réduite Twitter Facebook Vimeo Instagram inscription à la newsletter Menu Fermer Expand Festival de Marseille

The show must not go on

Par Tim Etchells

The show must not go on (Le spectacle ne doit pas continuer) est le le nom de l' installation à grande échelle que l'artiste et performeur britannique Tim Etchells a présentée au Zürcher Theatre Spektakel, l'un des plus grands festivals européens de spectacle vivant, en août dernier à Zurich.

 

Installé sur le Landiwiese, grand parc zurichois et lieu central du Theatre Spektakel, «The Show» s'est élevée sur un échafaudage de 20 mètres. Formée de lettres en bois de 2 m de haut, l'œuvre s'adressait à la ville de Zurich de l'autre côté du lac, en référence au report de spectacles en raison de la pandémie actuelle, et en même temps comme un appel à une pause sociale, à une réflexion critique et à un changement politique.

 

Dans cette commande faite à l'artiste par le Zürcher Theatre Spektakel, le détournement provocateur et ambigu d'Etchells d'une expression anglaise optimiste «The show must go on» (Le spectacle doit continuer) devient «The show must not go on» (le spectacle ne doit pas continuer), un simple renversement linguistique qui crée une ouverture à de nouvelles significations.

 

Tim Etchells déclare: «Alors que la pandémie de 2020 a dévasté des vies et des économies, nos modèles d'interaction humaine, nos structures sociales et nos priorités ont été remis en question, bien qu'à des degrés divers, et avec des motivations différentes dans des contextes internationaux eux aussi différents. Les changements temporaires et limités qui se sont produits ces derniers mois ne servent cependant qu'à souligner la nécessité d'un changement plus profond et plus permanent. L'année 2020 n'est pas seulement le moment où le Coronavirus a amplifié les injustices et inégalités mondiales et locales, c'est aussi le moment où les manifestants Black Lives Matter ont courageusement réclamé l'égalité et la justice pour les Noirs, et où la pression sur les gouvernements pour qu'ils luttent contre la crise climatique s'est poursuivie avec urgence et passion. Le retour précipité au "business as usual", comme si de rien n'était, comme c'est déjà le cas dans de nombreux pays, convient aux intérêts particuliers, tandis que les possibilités de faire une pause, et avec elle nécessairement revoir la pensée et nos pratiques habituelles, représentent une opportunité que nous ne devrions pas avoir peur de saisir.»

 

En savoir plus